La Donna Vitruviana

Il y a quelques temps, après être tombé sur un superbe documentaire sur Rodin (sur Arte et plus précisément sur sa fameuse Porte de l'Enfer), j'ai eu une profonde envie : un hommage. Un exercice pratique en quelque sorte. Ce genre de démarche est toujours un peu délicate. Je voulais surtout éviter de tomber dans le grotesque et, en même temps, ne pas trop me prendre au sérieux. 

Elsa et Niko ont accepté de me servir de modèles pour un premier essai que j'ai aimé concevoir avec eux : Le Baiser.

1705_ELSIKO_006r.jpg

J'ai continué l'expérience, avec cette fois, le concours de mon amie Céline. Rodin était toujours présent mais s'éloignait peu à peu :

1706_CR_040.jpg
1706_CR_060cnh.jpg

Le résultat m'a semblé suffisamment élégant pour ouvrir le champ des possibles. Pas forcément démarrer une véritable série mais garder à l'esprit qu'il était possible d'expérimenter.

Viennent mes premiers échanges avec Maëva. Elle pose, écrit, joue, "scénarise"... Une rencontre se décide, hier matin. Comme souvent aucune préparation, en route vers l'improvisation. Et puis, quelques heures avant son arrivée, un flash : l'Homme de Vitruve de De Vinci. Mais dans mon cas, je vois une femme...elle.

Elle arrive, nous discutons et je lui soumets l'idée. Elle est emballée (d'autant que cette oeuvre fait écho à un projet qui lui tient à coeur). Elle sera la Femme de Vitruve  pour cette fois. Mais je ne peux pas en rester là, impossible d'imaginer cette "oeuvre" déjà réalisée à quatre mains (et quatre pieds) sans l'écriture de Maëva. En filigrane, elle sera la trame de ce travail "bicéphale" :

 La Femme de Vitruve

La Femme de Vitruve